Influencez-moi

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler des influencers. Et comme d’habitude, j’ai envie de vous donner ma très précieuse et importante opinion sur le sujet ahah. Non, mais sérieusement, j’avais envie de partager ma vision des choses avec vous.

Depuis aussi loin que je me rappelle, j’ai toujours lu des magazines. Je me souviens encore du jour où j’ai aperçu pour la première fois une publicité de baby lips dans mon magazine à potins du moment et que j’ai due attendre quelques mois avant qu’ils arrivent au Québec. Et dès que je les ai vus chez Walmart, j’ai convaincu ma mère de m’en acheter. Du pur bonheur ahah.

Quand je pense à tous les sous que j’ai mis dans des produits qui finalement se sont ramassés dans un fond d’un tiroir parce qu’ils ne me convenaient pas, mon portefeuille pleure un peu. 

Je nous trouve chanceux maintenant d’avoir des Alexandra Larouche, Claudie Laporte ou encore des Cynthia Dulude {pour n’en nommer que quelques-unes} pour nous guider dans cette offre infinie de produits/services qui se présentent devant nous et tout ça, sans nous prendre pour des connes.

 

Et puis qu’on se le dise, de la publicité, il y en aura TOUJOURS! Que ce soit Jennifer Anniston qui essaie de nous vendre une bouteille d’eau ben ordinaire ou encore Mandy Moore qui vante une marque de teinture, il y aura toujours cet intermédiaire entre les compagnies et les consommateurs. C’est juste que maintenant, ces intermédiaires-là sont accessibles et honnêtes.

À quel point tu te rappelles que genre Julia Robert utilise une marque de rouge à lèvres spécifique lorsque tu es en quête de la couleur parfaite ? Moi, je m’en rappelle zéro ! Pis surtout, ça ne me dit pas si mon rouge à lèvres va bien tenir toute la journée. Mais chek moi ben courir chez Jean Coutu pour m’acheter la palette d’ombres à paupières que Cynthia Dulude vient de tester et d’approuver !

Pourquoi ? Parce que j'ai confiance en ces filles là ! Et je pense que c'est ça la plus grande différence avec les influencers. Pour une fois, j'ai l'impression que la relation vient des deux bords, même si on est séparés par un écran. 

Ça feel comme si j’avais plein d’amies qui sont là pour me conseiller et m’aider à travers tous plein de sujets.

Surtout, on a enfin l’opportunité de choisir les gens qui nous influencent. Peu importe ton origine, ta culture, ta silhouette, il y a quelqu’un out there, sur les réseaux sociaux, qui partagent une réalité semblable à laquelle tu fais face pis ça, c’est tellement précieux.

Et aussi, les influencers ça ne fait pas juste de la publicité ! Ces femmes-là m’influencent pas seulement à acheter des produits, elles influencent aussi la vision que j’ai de moi-même ! Un hashtag comme le #icecreambikinibody parti par Ély Lemieux, ça créer une vague de body positivity incroyablement forte, mais surtout importante. Comme si, peu à peu, les sujets tabous tombent, les discussions s’ouvrent et tout le monde a le pouvoir de participer à la conversation.

 

Ayant un pied dans cette étiquette d’influencer, et je dis ça très humblement et timidement, je comprends de plus en plus la vraie influence de tout ça. Et ce qui me fais le plus plaisir, ce n’est pas quand vous vous achetez la même robe que moi parce que vous l’avez aimé en me voyant dedans {quoi que ça me flatte énormément et que Félix me dit que je suis ben famous ahahah}, mais bien quand vous me dites que mon texte sur l’image corporelle vous a dont fais du bien ! Ou même encore quand vous me dites que vous aimez donc regarder nos stories à Félix et moi parce que vous vous identifiez à nous !

Et comme je disais plus tôt, c’est une relation réciproque. C’est pas juste votre journée qui est plus l’fun à cause que votre femme pref à partager un petit bout de sa vie sur Insta, c’est la nôtre aussi parce que tout cet amour et ce partage, ça nous touche aussi.

 

Fac moi je dis un gros bravo aux influencers.

 

Merci de nous faire économiser des sous en nous partageant votre honnête opinion sur une multitude de produits/services. Merci de partir des mouvements qui nous font du bien et d’ouvrir des conversations.

Pis surtout, continuez.

Influez-moi à oser une nouvelle couleur de rouge à lèvres, influencez-moi à gouter à la nouvelle pâte à biscuit tendance, mais surtout, influez-moi à aimer ma réalité et à me trouver ben belle comme je suis.

 

À la prochaine,

xx